Plus d'info

Université: Le Dircab du Président piégé par des étudiants (Alakhbar Info)

Le président du syndicat des journalistes mauritaniens (SJM), Mohamed Salem Ould Dah a déclaré au cours d’une émission sur l’une chaine de télévision privée à Nouakchott qu’il avait rencontré le député-maire M. El Ghassem Ould Bellali au sujet de Ahmed Ould Kerkoub écroué à la prison de Nouadhibou.

Répondant à la question à propos de l’incarcération du journaliste membre du syndicat des journalistes, il a indiqué qu'il a eu à rencontrer le maire de Nouadhibou, à Nouakchott et c'est après des discussions, qu'il l'a fait écouter une série de vocaux qui n’ont aucun rapport ni avec le métier de journaliste, ni avec la presse. « Sur la base du contenu des vocaux, nous avons décidé d’abandonner notre médiation », a-t-il dit.

Témoignages sur l’affaire

L’inculpé avait largement diffusé dans un groupe WhatsApp une série de vocaux dans lesquels, il offense, dénigre et harcèle le maire El Ghasem Ould Bellal. Il a véhiculé des propos malintentionnés, de l’avis de ceux qui ont eu à les entendre, selon des sources concordantes.

"C’est à la suite de propos provocateurs et offensants résultant d’une longue campagne de dénigrement contre la personne du maire de Nouadhibou que ce dernier a décidé de porter plainte contre d’Ahmed Ould Kerkoub", tient-on. "Dans les vocaux, il assure être capable de détruire des objectifs précis en un laps de temps et il défie les autorités et les étrangers", rapporte une source.

Une source de presse présente à Nouadhibou, a indiqué qu’il y aurait "une haute personnalité derrière cette manœuvre qui a visé non seulement à discréditer le maire El Ghassem Ould Bellali, remettre en cause la stabilité de la commune".

Selon diverses sources, Il s’agit d’une campagne malsaine orchestrée par un groupe de personnes haineuses qui lui envient son succès et la lucidité avec laquelle il traite les dossiers, les projets, les partenariats au profit de la ville de Nouadhibou et ses habitants. Il sortira, avertit la source, la tête haute et poursuivra son bon chemin à pas sûrs et avec droiture.

Cette campagne démontre si besoin en était sur les différentes mascarades qui se sont déroulées, durant les élections municipales tenues en 2006, 2013 et 2018 à Nouadhibou lorsque le choix du peuple aspirant au changement et au développement a été confisqué.

Des réalisations satisfaisantes

Une année et quelques mois après son investiture à la tête de la mairie de Nouadhibou, El Ghassem Ould Bellali et le conseil municipal ont réalisé d’importants et de nombreux projets qui ont redonné du sourire aux populations.

En un laps de temps et avec une équipe municipale dynamique et engagée, El Ghassem Ould Bellali affiche des réalisations concrètes. A juste titre, on peut citer la réhabilitation des écoles jadis en état de délabrement très avancé, l’entretien des marchés, le développement de l’enseignement fondamental, le développement local, l’appui aux services sanitaires, le ravitaillement des quartiers périphériques en eau potable.

Avec tact et parcimonie, il gère les nombreuses doléances des populations surtout les plus démunies. Dans la foulée, il a rétabli la confiance écornée des années durant et restaurer différents partenariats avec des institutions nationales et internationales.

Dans l’hémicycle, l’homme défend les droits des citoyens avec loyauté et sérieux. Il fait des souffrances des populations ses préoccupations et cherche à y apporter des solutions durables. Comme le dicte sa mission d’élu du peuple, il accomplit ses devoirs tout en respectant les points de vue des autres avec honneur.

Consciente de la gravité du coronavirus (covid-19), l’équipe municipale a vite jugé efficace d’accompagner sur le plan national, le gouvernement dans ses actions pour contrecarrer la propagation du virus. Sur le plan local, avec le comité de riposte contre le covid-19, la commune a mené de vastes campagnes dont : la sensibilisation contre les dangers de la pandémie et sur la prévention, la distribution des vivres et de montants aux foyers les plus démunis, (imams, cheikhs des mahadras, handicapés, femmes cheffes de famille, enfants en difficulté).

Il ne faut pas perdre de vue que la mairie de Nouadhibou a entrepris également des opérations de distribution des masques de protection, des kits hygiéniques, du matériel de communication pour faciliter l’enseignement à distance au niveau du fondamental surtout pour les candidats à l’entrée en première du secondaire. La commune a remis d’importants lots de masques à la direction régionale de l’éducation, à l’inspection départementale de l’enseignement et aux 30 directeurs d’écoles pour un bon retour des élèves aux classes.

Robert Fall

 

 

Recherche

Archives

Culture


bac
Education: Pour le goût de lire et l'art d’écrire
Mardi, 29 Août 2017 22:59
Pendant longtemps, surtout dès le début de l'école fondamentale, on a considéré la dictée
baba
Nécrologie:suite à la disparition de MADIBA, le M.P.R présente ses condoléances.
Vendredi, 06 Décembre 2013 23:26
Le Mouvement Pour la Refondation (M.P.R) a appris avec beaucoup de chagrins, la disparition du
ENQUÊTE D’OPINION NATIONALE SUR LES PRIORITÉS DES ÉLECTEURS : PREMIÈRE DU GENRE EN MAURITANIE
Mardi, 29 Octobre 2013 00:38
NOUAKCHOTT (Le 27 octobre 2013) – Dans le cadre de son nouveau programme « Soutien à la

Reportages


afcf1.jpg
AFCF organise une cérémonie d’au revoir au coordinateur de la coopération AECID (PHOTOS)
Samedi, 18 Juillet 2020 00:09
Le siège de l’Association des femmes Cheffes de famille (AFCF) a abrité, hier, jeudi 16 juillet
img_20200715_114352.jpg
SAFIRE-TDH-AFCF-ANAPEJ pour un dispositif d’accompagnement à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en situation vulnérable (PHOTOS)
Vendredi, 17 Juillet 2020 23:43
Le consortium Oxfam du programme SAFIRE (Sécurité Alimentaire, Formation, Insertion,
armaire.jpg
Rosso/Bilan : Les grandes réalisations sous l'ère du Député-maire Sidi Diarra
Dimanche, 14 Octobre 2018 11:11
La commission de la communication de la commune de Rosso avec la fin du mandat de l'actuelle