Plus d'info

Université: Le Dircab du Président piégé par des étudiants (Alakhbar Info)

En ces jours pas du tout ordinaires, tout patriote soucieux des intérêts suprêmes de son pays et de sa pérennité, a des soucis à se faire. On se demande même, si nous ne sommes pas en train d’épouser la thèse de ceux qui, sans cesse, parlent de « complots et conspirations contre la Mauritanie visant à nuire à ses intérêts et à son image de marque ».

La floraison d’initiatives dangereuses, soutenues par un discours identitaire sans précédent, impose à tout bon patriote, selon ses moyens et au niveau où il se trouve de se considérer comme un soldat et de se mettre au service du pays et de la Nation menacés par des personnes qui n’ont pas voie au chapitre, car n’ayant aucune légitimité pour parler au nom des autres.

En effet, on a tous l’obligation morale vis-à-vis de notre pays et des nôtres, d’agir afin que l’intérêt général l’emporte sur les desseins et ambitions personnels.

C’est indéniable, chacun a le droit inaliénable d’épouser et d’exprimer l’opinion qu’il veut et nous sommes prêts à tout donner pour qu’il en soit toujours ainsi chez nous, que toutes les libertés y demeurent garanties. Mais, en même temps, on le dit à qui veut l’entendre, qu’on ne courbera jamais l’échine devant des pyromanes et aventuriers marchands d’illusions.

A entendre les discours dangereux développés chez nous ces temps-ci, on comprend aisément que certains sont en train de réunir et de placer, entre nos murs, tous, les ingrédients d’une explosion grave pour simplement assouvir une vengeance contre une personne qu’ils ne portent pas dans leur cœur.

Des gens dont la seule préoccupation est « le partage du gâteau », une façon de gouverner qui semble avoir disparu de nos mœurs politiques avec les mutations que vit actuellement notre pays. Chose qu’ils ne sauraient tolérer. Parce que nos autorités actuelles refusent et récusent les combines, il faut donc les empêcher de se concentrer sur l’essentiel ; il faut à tout prix leur trouver une petite bête.

Ces agissements et comportements des nôtres égarés n’ont, à mon sens, qu’une banale explication économique. En effet, nous vivons sans forcément en avoir les moyens comme des bourgeois nantis qui, une fois dans une situation de crise s’affolent et dans l’affolement, souvent, on ne sait où aller.

Il y a certes des difficultés chez nous, certains même connaissent des souffrances extrêmes. Mais cela ne doit pas nous empêcher de rester dignes et d’avoir foi en ALLAH.

Nos difficultés et souffrances actuelles sont principalement imputables à nos anciens gouvernants et surtout aux programmes d’ajustement structurel longtemps imposés à nos modestes États. Aujourd’hui, on le constate, tout a été modifié et n’existe plus chez nous une classe moyenne, il n’y a plus que des individus chacun face à son destin.

Les causes que nous devons défendre sont celles susceptibles de nous pousser de l’avant et qui sont en mesure de nous permettre d’embarquer dans le train du développement. Chacun doit garder sa lucidité et éviter au pays des situations d’excitations qui peuvent compromettre les avancées significatives qu’il enregistre jour après jour, en ces temps qui courent.

Je ne peux point croire qu’il y ait un mauritanien saint d’esprit qui rêve de déstabiliser son pays. Même s’ils existent. Il s’agit d’affairistes, marchands d’illusions qui cherchent à tout prix la renommée et la consécration personnelle au mépris des grandes et nobles causes qu’ils prétendent défendre. Leur but consiste à façonner les perceptions, manipuler les émotions et influencer les comportements afin de parvenir à une réaction allant dans le sens voulu par eux.

Le devoir morale et patriotique nous impose de faire face à ceux qui pensent pouvoir déstabiliser la Mauritanie qui, quoiqu’on dise et qu’on fasse, restera une et indivisible. Rétablir la vérité va nous permettre de consolider les chantiers de la réconciliation et de faire la paix des cœurs.

C’est ici le lieu de rappeler ces mots du grand Mandela qui avant de quitter la prison, a déclaré : «  Alors que je me tiens devant la porte de ma liberté, je me rends compte que si je ne laisse pas ma douleur, ma colère et mon amertume derrière moi, je serai toujours en prison ».

E n effet, l’auto emprisonnement est pire que celui imposé. Combien de personnes souffrent de manière auto infligée par manque de pardon. Combien d’entre nous se sont emprisonnés à l’intérieur des murs de colère, d’amertume et de jalousie.

Garder des rancunes ne rend pas fort, bien au contraire, il rend amer .Le pardon, lui, ne rend pas faible, il libère. Considérons tous ceci et pensons à la Mauritanie que nous aimons et que nous voulons transmettre aux générations futures.

Mr Brahim Fall conseiller municipal adjoint au Maire de Rosso.

NB: Ce texte est, en grande partie, un article que j’avais déjà publié en 2014 et que j’ai voulu reprendre dans le contexte que nous connaissons.

 

Culture


bac
Education: Pour le goût de lire et l'art d’écrire
Mardi, 29 Août 2017 22:59
Pendant longtemps, surtout dès le début de l'école fondamentale, on a considéré la dictée
baba
Nécrologie:suite à la disparition de MADIBA, le M.P.R présente ses condoléances.
Vendredi, 06 Décembre 2013 23:26
Le Mouvement Pour la Refondation (M.P.R) a appris avec beaucoup de chagrins, la disparition du
ENQUÊTE D’OPINION NATIONALE SUR LES PRIORITÉS DES ÉLECTEURS : PREMIÈRE DU GENRE EN MAURITANIE
Mardi, 29 Octobre 2013 00:38
NOUAKCHOTT (Le 27 octobre 2013) – Dans le cadre de son nouveau programme « Soutien à la

Reportages


armaire.jpg
Rosso/Bilan : Les grandes réalisations sous l'ère du Député-maire Sidi Diarra
Dimanche, 14 Octobre 2018 11:11
La commission de la communication de la commune de Rosso avec la fin du mandat de l'actuelle
abvolbet.jpg
Reportage: Le mouton de l'Aid , pas pour n’importe qui !
Mardi, 14 Août 2018 12:30
A une semaine juste de la fête de l’Aïd El Adha, prévue, le mardi prochain, le central de
acha1.jpg
Commune de Rosso/APJR : Journées de consultations et soins gratuits aux populations de Chgarra (En IMAGES)
Samedi, 11 Août 2018 22:33
La commune de Rosso en partenariat avec l’Association pour la promotion des jeunes de Rosso