Plus d'info

Tawary vidéos

Université: Le Dircab du Président piégé par des étudiants (Alakhbar Info)

Dans le domaine associatif et sportif, Me Oumou Kane n'est plus à présenter pour qui s'intéresse à ces secteurs clés. cette femme, capitalise neuf ans d'expérience dans le développement communautaire après des études approfondies en anglais et en français. C'est donc un monde qu'elle connaît bien. Le monde associatif, elle l’aime comme elle a si vite aimé le sport.

Elle est sans doute l'une des sociétaires les plus productives sur ces deux domaines par ses nombreuses et pertinentes contributions. C'est donc fidèle à cette vocation qu'elle s'est gentiment prêtée aux questions de l’Agence Tawary d’Informations.

Suivons son raisonnement...

Tawary- En tant qu’actrice de premier plan dans le développement communautaire, quel regard jetez-vous de façon générale sur ce secteur ?

Oumou Kane : Le regard que nous portons sur le secteur dans lequel, nous nous sommes investis est qu’il ne peut y avoir de changement positif sans une réelle prise de conscience de l’ensemble sur les réalités qui nous vivons. Il revient à chacun de nous de savoir que le développement communautaire est la pierre angulaire du développement socio-économique.

Alors pour qu’un tel développement durable se concrétise, il faut la valorisation de l’enseignement qui sera accompagnée par la participation effective de tous.

-Pouvez-vous expliquer à l’opinion publique les domaines dans lesquels vous intervenez ?

L’Ong Association multiculturelle pour un avenir meilleur (AMAM), intervienne principalement et de façon concrète dans le développement de la vie associative, la diversité culturelle, la paix sociale, la cohésion sociale, l’unité nationale et la citoyenneté.

Je tiens à dire à l’opinion publique, que dès le premier jour, nous nous sommes fixés un certain nombre d’objectifs dont la lutte contre le sous-développement, la violation des droits humains, la déperdition scolaire, la délinquance juvénile, la violence faites aux enfants et aux femmes.

En plus, nous avons constaté qu’il est capital d’accorder une attention particulière à l’assainissement, à la protection de l’environnement, à l’éducation des enfants, au sport, aux couches les plus vulnérables, aux technologies de l'information et de la communication (TIC)….

Pour faire passer notre principal message, il a fallu qu’on passe par la communication et via les réseaux sociaux. Et nous avons vite réussi dans le changement des mentalités.

Je peux dire que pour se développer, il ne faut pas aller chercher loin et nous devons nous servir des potentialités et des opportunités que nous offre l’espace mauritanien.

-Quelle place occupe aujourd’hui en Mauritanie AMAM ?

AMAM, malgré son jeune âge, elle occupe une place importante dans le milieu des organisations non gouvernementales en Mauritanie.

Créée en 2011, elle a vite fait le tour des cœurs et cela grâce à l’importance que lui accorde les autorités du pays. Et nous affirmons que les actions et les activités innovantes d’AMAM en faveur des mauritaniens ont eu un impact positif sur le terrain.

Pour le renforcement des relations, AMAM organise chaque année les 72 heures des journées d’intégrations culturelles auxquelles nous convions des personnalités du Sénégal, du Mali, du Burkina-Faso,….

Durant ces jours, des expositions de produits artisanaux, des débats culturels, des chants, des danses et des séances d’échanges symboles de l’unité nationale et de la culture.

-Face à l’hivernage, quelles sont les mesures d’urgence que vous comptez prendre pour lutter les maladies telles que : le paludisme, la bilharziose, la diarrhée ?

L’hivernage est une saison connue par la prolifération des microbes et des maladies épidémiques telles que les maladies que vous venez de citer. Pour lutter à ces maladies, nous comptons faire des campagnes de sensibilisation dans ce sens. D’ailleurs, nous avons des projets dans l’optique de venir en aide aux villageois surtout ceux de la vallée et du Guidimakha.

-Dans le domaine footballistique : vous avez été portée à la tête du football féminin en Mauritanie. De quoi s’agit-il exactement ? Et comment comptez-vous assumer cette mission si difficile dans un pays islamique ?

La Fédération avait découvert un groupe de filles passionnées par le sport en général et le football en particulier et il fallait y accorder une grande importance. Dans la logique, pour développer chez ces filles le goût de la pratique du football, j’ai été coopté à la tête de la direction du département du football féminin, il y a de cela deux ans.

Effectivement, il s’agissait d’une mission difficile à accomplir dans notre milieu qui demeure conservateur et qui sous le poids des sociétés. En plus, notre religion, l’Islam attribue une place particulière à la fille.

En ma qualité de femme engagée dans le combat des droits des femmes, je me suis au travail et ma mission a réussi malgré les difficultés rencontrées et la complexité de notre société.

Du coup, pour réussir ma mission, il a fallu que je convainque les parents qui sont contre que la fille sorte à plus forte raison qu’elle aille jouer au ballon, qui, jusque-là, était un jeu réservé aux garçons.

Au fil des temps avec les démarches que nous avions menées et les bons comportements des filles, les parents particulièrement les mamans sont enfin revenues sur leur décision.

Ces facteurs ont contribué au déclin du football féminin mauritanien qui s’est vite développé chez-nous. Nous avons formé vingt-six d’équipes de douze joueuses qui ont participé toutes au championnat. Pour avoir une idée de notre détermination, si vous faites le tour dans les quartiers de Sebkha, d’El Mina, de Riad, du Ksar, …vous allez voir chaque après-midi, des filles jouer au ballon dans les rues.

De ce fait, je tiens à saluer l’esprit de responsabilité et de compétitivité de toutes nos joueuses notamment Selem Dah et Fatou Niang qui sont devenues des professionnelles.

Depuis les villes de l’intérieur, par exemple à Rosso, Kaédi, Nouadhibou, Sélibabi, Aleg, Boghé, les filles nous appellent à venir les soutenir dans ce sens.

Votre passage à la Fédération, est pour nous, ici, l’occasion de remercier l’Etat mauritanien, et nos partenaires entre autres, la FIFA, la CAF qui nous ont soutenus dans ce sens par l’organisation de plusieurs compétitions dont les tournois, des championnats, des festivals par exemple : Festival live your goal.

Notre football féminin a connu un développement important et surtout que j’ai été désignée par la CAF, commissaire de match au Burkina-Faso, il y a trois mois.

Je suis optimiste quant à l'avenir de notre football féminin car je crois en la capacité des acteurs et des jeunes filles qui devront assurer la relève.

-Comment compte AMAM contribuer pour la tenue des prochaines élections municipales, régionales et législatives ?

ONG-AMAM est apolitique. Mais vue l’importance des prochaines élections au cours desquelles les mauritaniens seront appelés à choisir de nouveaux conseils municipaux, des parlementaires, des conseils régionaux, pour la première fois nous avons décidé de faire de la politique en tant que citoyens. C’est à travers une formation à Dakar, sous le thème : Génération démocratique, que nous avons compris que la politique n’est pas une calamité mais de préférence une éducation.

Alors, nous sommes pour que les jeunes membres de l'Ong militent librement et sensibilisent les gens à s’inscrire en masse sur les listes du RAVEL pour qu'ils puissent accomplir leur devoir civique dans l’intérêt de participer dans la construction de la Nation.

Propos recueillis par A.SIDI

 

 

Culture


bac
Education: Pour le goût de lire et l'art d’écrire
Mardi, 29 Août 2017 22:59
Pendant longtemps, surtout dès le début de l'école fondamentale, on a considéré la dictée
baba
Nécrologie:suite à la disparition de MADIBA, le M.P.R présente ses condoléances.
Vendredi, 06 Décembre 2013 23:26
Le Mouvement Pour la Refondation (M.P.R) a appris avec beaucoup de chagrins, la disparition du
ENQUÊTE D’OPINION NATIONALE SUR LES PRIORITÉS DES ÉLECTEURS : PREMIÈRE DU GENRE EN MAURITANIE
Mardi, 29 Octobre 2013 00:38
NOUAKCHOTT (Le 27 octobre 2013) – Dans le cadre de son nouveau programme « Soutien à la

Reportages


aeaucr.jpg
Rosso: L'approvionnement de la ville et ses environs en eau potable , l'une des grandes réalisations de la commune (2e Partie)
Mardi, 03 Juillet 2018 23:52
La commune de Rosso (Trarza) passe en revue les grandes réalisations faites par l’équipe
abaliments2.jpg
Multiplication des points de vente de fruits et de pain à Nouakchott : L’informel engendre le désordre
Lundi, 11 Juin 2018 09:45
Le commerce déstructuré au niveau des différents quartiers de Nouakchott a pris de l'ampleur ces
acrosso.jpg
Rosso/Bilan : La commission de communication liste les grandes réalisations de la commune (1e Partie)
Vendredi, 08 Juin 2018 08:08
La commission de communication de la commune de Rosso passe en revue les grandes réalisations